La créature aux yeux du créateur (Capsule 18) – Roch Saüquere

En réalité, comment leur faire comprendre qu’ils devraient regarder toutes ces religions comme des variétés de médicaments destinés à soulager une seule et même maladie qui touche l’humanité tout entière : la conscience de l’inéluctabilité de la mort

Avant de poursuivre sur la question de l’ADN, question essentielle que nous avons abordée dans la précédente capsule, je voudrais revenir sur la place véritable de l’homme dans le cœur du “Roi de ce monde”, ceci afin d’en finir avec nos dernières illusions.

Il m’arrive souvent de recevoir des appels et de converser avec des personnes qui souhaitent partager avec moi le témoignage de leur foi pour telle ou telle religion. A chaque fois, je suis embarrassé lorsqu’ils me disent que seule leur religion porte la Vérité Révélée, autrement dit la parole de Dieu. Ils en ont pour preuve que cette religion leur a apporté le salut et la paix. C’est toujours le même discours, quelque soit la religion. Et il y a tant de sincérité… que répondre ?

Je sais combien est puissante la programmation du virus humain. Elle insuffle à l’homme l’irrésistible besoin de convaincre et de convertir, parfois par la menace ou par la force, son prochain à sa cause, quelle que soit la cause. En réalité, comment leur faire comprendre qu’ils devraient regarder toutes ces religions comme des variétés de médicaments destinés à soulager une seule et même maladie qui touche l’humanité tout entière : la conscience de l’inéluctabilité de la mort. Rares sont ceux qui sont immunisés contre ce mal qui influe considérablement sur nos existences.

Si le médicament qu’ils prennent leur fait du bien, s’il les soulage et leur apporte du confort, tant mieux. Mais cela ne veut pas dire que ce même médicament aura la même efficacité sur tout le monde.  Plusieurs traitements ont donc été mis au point pour soulager les malades que nous sommes. L’objectif n’est évidemment pas de nous guérir. Nous guérir, consisterait à nous révéler la vérité. Non, ici le remède a pour but de stabiliser la maladie à un stade supportable pour le malade de façon à ce que celui-ci reste dépendant du médicament pour le restant de sa vie.

Naturellement, tout cela a été conçu dans l’intérêt des faux dieux qui ont créé la maladie spécifique, conçu les remèdes, et les ont “commercialisés”. Les patients ignorent ces subtilités. Les adeptes éprouvent un tel réconfort qu’ils en oublient les contraintes qu’imposent le traitement, les effets indésirables, et la menace des contre-indications qui pèsent sur eux constamment. Il n’est pas facile de parler de tout cela au téléphone… Il n’est pas facile de dire qu’il n’y a aucun amour derrière tout ça. Juste une froide logique de consommation d’énergie, de prédation et de putréfaction au service du fonctionnement de la Matrice.

Pas facile de dire aussi que des deux, de la créature et du créateur, seul l’homme est capable d’amour, car le virus humain a été infiltré par un commando d’élite (l’âme) ayant pour mission de sauver la Terre.

Les preuves de l’absence d’amour du “Maître de ce monde” à notre égard sont légions. Voici juste un exemple lié à cette notion d’inéluctabilité de la mort. Le “virus humain”, robot biologique, a été doté d’un programme primaire, une intelligence artificielle et… d’une date limite d’utilisation. Autrement dit, au même titre que n’importe quelle denrée périssable, l’homme est affublé dès sa conception d’une date de péremption qui figure dans son code génétique. Avouez que ce n’est pas là franchement une preuve d’amour. Une fois la date dépassée, l’homme est éliminé du système, recyclé, non sans avoir pourvu lui-même à son remplacement via la reproduction. L’ADN gardera tout ça en mémoire. Mais ce n’est pas le sujet du jour.

Cette date limite, les textes anciens nous la donne avec précision. Genèse 6.3 : Alors l’Éternel dit : Mon esprit ne restera pas toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans.

L’Eternel ne dit pas : chaque homme mourra une fois qu’il se sera réalisé, ou même lorsqu’il aura progressé dans son évolution spirituelle. Non, ce genre de considération lui passe complètement par-dessus la tête. Il est temps d’ouvrir les yeux, il n’y a pas d’amour en lui, que des mathématiques. Cette décision de l’Eternel survient au moment du déluge. Voici d’ailleurs ce qui est dit de l’homme aux versets suivants : 6.5 : L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. 6.6 : L’Éternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé en son cœur. 6.7 Et l’Éternel dit : J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé…

Au moins les choses sont claires. Si l’Eternel est affligé ce n’est pas à l’idée d’exterminer l’humanité qu’il a créée. Non, c’est à cause du comportement de l’homme, pas assez docile à son goût. De fait, lorsque la Bible parle de la “méchanceté des hommes”, il n’est pas question de jugement moral.

En fait il faut voir l’Eternel et ses sbires comme des grands patrons du CAC 40. Ils savent qu’avec l’ancienneté, les salariés acquièrent de l’expérience, et sont moins malléables. Ils prennent conscience de leur situation d’exploités, et s’organisent. Ils revendiquent et pour peu qu’on les pousse, ils se mettent en grève.

C’est ainsi qu’ils deviennent “méchants” aux yeux de l’Eternel. L’Eternel décide alors de se débarrasser de l’homme avant que celui-ci ne devienne ingérable. Son plan s’articule en deux étapes. 1/ Pour les créatures qui sont déjà sur place, il opère un “licenciement” de masse. C’est le déclenchement du black-out connu sous le nom de Déluge. 2/ pour la prochaine humanité qui renaîtra de ses cendres, et vivra sous le règne de l’hybride Noé, l’Eternel va généraliser le “CDD”, le contrat à durée (de vie) déterminée.

L’espérance de vie du virus humain sera désormais limitée à 120 ans. 120 ans, dans le meilleur des cas ; si la marchandise reste en parfait état tout au long de sa vie. Mais à chaque accroc, à chaque écart, à chaque excès, l’homme verra fondre cette espérance. L’Eternel effectue alors une petite modification du code génétique du virus humain. Un simple réglage en réalité car le processus de limitation est déjà présent dans le code. Il est inhérent à la réplication des cellules. Mathématique et implacable, c’est un compte à rebours systémique introduit au cœur même de l’ADN. Ainsi, implacablement, les doyens de l’humanité disparaissent tous les uns après les autres à l’approche des 120 ans, sans jamais dépasser cette date fatidique. Ceux dont on a prétendu qu’ils avaient vécu au-delà sont nés à des époques et dans des régions où les actes officiels de naissances n’existaient pas. Il était donc impossible de connaître leur âge véritable. Lorsque l’âge de nos doyens est vérifiable, on se rend compte qu’aucun d’eux ne dépasse jamais les 120 ans, cette limitation du virus humain que nous devons à l’ignominie des Planificateurs invisibles qui gouvernent ce monde. Cependant, notre technologie actuelle et nos progrès sur les cellules souches pourraient nous permettre de briser cette frontière de “Hayflick” et d’accéder à une immortalité intermédiaire et de devenir l’égal des faux dieux. Car tout ce qui a été fait pourra être défait…

Ce n’est pas par hasard si nous vivons une période qui s’apparente à une course contre la montre entre notre stade de compréhension, et le déclenchement d’un futur black-out voulu par les faux dieux, et dont le processus obéit, heureusement pour nous, à des lois très contraignantes.

Voici une clef à présent. Vous remarquerez qu’à l’approche du black-out, Noé est invité à construire une Arche. Autre époque, autre black-out dont on retiendra le souvenir déformé des “plaies” d’Egypte. Moïse est lui aussi invité à construire une Arche, l’Arche d’Alliance. Autre black-out, celui de la mythologie grecque où nous retrouvons cette fois l’Arc d’Epire. Ne voyez-vous pas là comme un message ? Arc, Arche… derrière ce vocable, il n’y a ni bateau, ni autel, ni arc tirant des flèches… L’Arc, l’Arche, désigne une seule et même technologie enfouie sous terre, au milieu d’un lac souterrain, et qui est au cœur du déclenchement des black-out.

Cette “machine” est l’enjeu même de cette guerre de tous les temps dont les batailles apocalyptiques donnent mort et naissance aux civilisations. Combien sont les empereurs, pauvres mortels, qui dans l’illusion de leur puissance ont espéré engendrer un nouvel ordre mondial de 1000 ans, en forçant le destin, et en singeant l’œuvre des faux dieux avec l’édification d’arcs de triomphe, sans comprendre la nature véritable de ce qui se cachait derrière ce mot ?

A suivre… Rendez-vous la semaine prochaine le 11 Mars 2018

Roch Saüquere

 

Foto: IMAGINA  | Rudyar Artwork

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s