La résistance 2…par Roch Saüquere (Capsule 30)

Nous avons vu à quel point le mensonge est inscrit dans les fondations de la matrice artificielle, combien la perversion et la détermination des faux dieux sont redoutables, l’obstination et l’opiniâtreté de l’ego à nous combattre farouche. Nous avons vu que la matrice originelle, le Royaume, autrement appelé le paradis (Par Hadès), se trouve par-delà le royaume d’Hadès, et ne doit donc pas être confondu avec le royaume des morts, situé dans un plan voisin, à l’intérieur de la matrice artificielle, l’astral.

Nous avons vu que les black-out sont en fait une contre-mesure des faux dieux, mis en place pour empêcher la désintégration de la matrice artificielle. Les black-out sont en effet la réponse à un processus de correction universelle que nous pourrions appeler le “white-in”.

Les “white-in” se produisent à l’instant où la pression des énergies en provenance du Royaume provoque l’effondrement de la matrice artificielle. Les soleils, points d’intersection entre les deux matrices, implosent alors, libérant d’un coup toute l’énergie christique à l’intérieur de la matrice des faux dieux. S’ensuit l’atomisation de la matière, la désintégration de l’œuvre des faux dieux et, par conséquent, la libération de l’ADN et des commandos d’élite (les âmes). Cet effondrement n’est malheureusement pas global. Par sécurité, les faux dieux ont en effet compartimenté leur création sur la base des systèmes solaires qui sont autant de compartiments étanches. Aussi, si de nombreux “white-in” se sont déjà produits avec succès dans des zones lointaines de l’univers visible, fragilisant l’équilibre général de la matrice artificielle, jusqu’à présent, dans notre système solaire, les retours du “roi de ce monde”, et le déclenchement par lui des black-out via une technologie connue sous les noms de Arc, Arche, Haarp, a toujours empêché les “white-in” d’aboutir. Nous avons vu que les survivants aux black-out sont déconnectés de leurs mémoires. Le violent rayonnement électromagnétique engendre en effet l’effacement de la programmation des egos, et aussi l’arrachement des balises d’ancrage qui permet aux commandos d’élites d’infiltrer cette dimension en profitant de certaines failles de l’ADN modifié du virus humain. Une fois déconnecté de leur hôte, les commandos d’élites sont capturés par la lumière astrale (sorte de filets dérivant qui enserrent cette dimension) qui agit sur eux comme la lumière agit sur les papillons. Une fois récupérées dans l’astral, les âmes sont conditionnées jusqu’à ce qu’elles soient de nouveau prêtes à nourrir le processus infernal des réincarnations que nous avons clairement défini lors des capsules précédentes.

De son côté, l’animal humain qui a survécu aux cataclysmes générés par le black-out, n’est plus soumis qu’à la seule programmation de son ADN modifié, c’est-à-dire aux seules lois de la survie par la prédation et la procréation, deux lois qui font de lui une créature sauvage terriblement sanguinaire, à l’image des zombies que l’on voit dans les films d’Hollywood.

Les hordes de survivants terrés dans des grottes sont repérées, puis capturées, et rassemblées dans des enclos. Ils sont alors triés. Les plus chanceux   sont dressés et “bénéficient” d’une restauration système de l’ego. C’est ainsi qu’après chaque black-out, un nouvel ordre mondial est instauré sur terre pour une période de 1000 ans. La civilisation peut repartir sous le contrôle des nouveaux gardiens du troupeau, chargés par le “roi de ce monde” de suivre les étapes d’un scénario déterminé à l’avance. Les grandes lignes du scénario sont à chaque fois identiques, pourtant chaque ordre mondial est évolutif, et s’inscrit dans un plan plus vaste de 26 000 ans, lié au phénomène de la précession des équinoxes, et qui se répète à l’infini. Ainsi, chaque ordre mondial de 1000 ans correspond à un chapitre du grand scénario.

Tous les black-out ne sont pas de même importance. Si la plupart des chapitres “intermédiaires” se terminent par des black-out mineurs ou partiels, qui sont tout de même suffisamment ravageurs pour modeler l’histoire des civilisations, il existe surtout deux cycles majeurs qui s’achèvent par des black-out réellement dévastateurs (en réaction à des “white-in” plus forts). Ces deux black-out majeurs surviennent tous les 13 000 ans et nécessitent, de par leur ampleur, un ajustement de l’ADN du virus humain afin que celui-ci conserve des propriétés vibratoires en adéquation avec la nouvelle fréquence de la terre, et qui lui permettront de conserver sa faculté de syntonisation du réel. Ces adaptations occasionnent des mutations plus ou moins importantes. Le premier ordre mondial majeur du scénario de 26 000 ans débute au bout de 12 000 ans et débouche systématiquement sur une gouvernance mondiale à l’échelle planétaire. C’est Babel, c’est le déluge… Le second cycle majeur commence 12 000 ans plus tard et se termine avec l’instauration d’une confédération galactique à l’échelle du système solaire. C’est l’Atlantide et la période des Vimanas rapportée par les textes sacrés hindous. Après quoi, la boucle est bouclée et le scénario de 26 000 ans redémarre à zéro.

C’est dans ce contexte global que nous devons considérer la résistance dont l’objectif a toujours été d’empêcher le déclenchement des black-out afin que le “white-in” puisse accomplir son œuvre jusqu’au bout, renvoyant ce système solaire, enfermé dans une boucle spatio-temporelle, dans le bain d’ondes de la matrice originelle, le paradis perdu qui ne connaît ni l’espace, ni le temps, ni la mort. La meilleure période pour parvenir à ses fins, se situe évidemment lors des deux cycles majeurs, quand la pression du “white-in” est au plus fort. L’objectif de la résistance est une constante dans l’histoire. On la retrouve, millénaire après millénaire, dans de nombreux textes qui ont été soit déformés soit en partie “perdus”. Parmi ces textes se trouve évidemment le message christique des évangiles que le “roi de ce monde”, après le dernier black-out, a détourné cyniquement, l’affiliant à l’Ancien Testament. Avec son génie de l’imposture et son goût de l’ironie ultime, il en a tordu et la lettre et l’esprit pour en faire un livre entièrement dédié à sa gloire. Il n’empêche, ce message d’une force incroyable, est -pour qui sait vraiment le comprendre- un incontestable manifeste de la Résistance.

Les évangiles consacrent en effet des pages essentielles à la compréhension du black-out et aux moyens de le contrecarrer. Ce message n’était évidemment pas audible pour les gens de l’époque. Le Christ explique d’ailleurs (Matthieu 13.13 à 13.22) que le peuple est programmé pour rejeter cette vérité, et qu’il est conditionné par l’ego qui l’incline au scepticisme. C’est pourquoi le thème est abordé sous forme de parabole. Il n’empêche, le Christ parle bien ici d’un secret primordial. Matthieu 13.35 : Afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par le prophète, j’ouvrirai ma bouche en paraboles, je publierai des choses cachées depuis la création du monde.

Le black-out ne fait-il pas partie de ces secrets qui remontent à la création du monde ?

Les versets suivants nous en apportent confirmation. 13.36 : Alors il renvoya la foule, et entra dans la maison. Ses disciples s’approchèrent de lui, et dirent : Explique-nous la parabole de l’ivraie du champ. 13.37 : Celui qui sème la bonne semence, c’est le Fils de l’homme. Nous avons vu que l’expression “fils de l’homme” désignait en réalité le soleil, qui est le sas d’entrée des énergies christiques dans la matrice artificielle (le monde) créée par les faux dieux. 13.38 : Le champ, c’est le monde. La bonne semence, ce sont les fils du royaume. Nous venons de voir plus haut que le Royaume est la matrice christique et les fils du royaume sont donc les commandos d’élites que j’ai décrits dans la précédente capsule. L’ivraie, ce sont les fils du malin. Tout le monde aura compris qu’il s’agit ici des egos qui parasitent l’ADN humain. 13.39 : L’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ; Le “roi du monde” a en effet programmé les egos pour que le virus humain soit son esclave docile et efficace. La moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges.

La moisson est donc le “white-in”. Nous avons vu que les anges, les moissonneurs, sont en fait les commandos d’élite infiltrés dans la matrice et qui forment la résistance. C’est à eux qu’incombe la mission de soumettre les egos (arracher l’ivraie) pour empêcher que soit déclenché le black-out. Je vous laisse traduire la suite. L’exercice est facile lorsqu’on a compris de quoi il s’agit :

13.40 : Or, comme on arrache l’ivraie (l’ego) et qu’on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde. 13.41 : Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité 13.42 : Et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. 13.43 : Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Le terme “les justes” caractérise l’ADN, juste par nature. Le verbe resplendir accolé au soleil et au royaume nous renvoie à la description de la capsule précédente. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. Nous avons vu aussi que cette expression est un code des scribes censeurs, indiquant un passage coupé. Cela signifie : que celui qui a accès aux archives aille les consulter… La parabole du semeur est extrêmement pertinente pour expliquer à l’époque le processus des black-out. En effet, la moisson est un processus cyclique qui répond à une échéance précise. Cela m’inspire d’ailleurs l’image suivante : imaginez une communauté d’insectes dans un jardin. L’herbe est bien grasse, bien haute, la nourriture ne manque pas. La vie est prospère, douce et bien confortable. Et tout à coup, voilà un insecte qui s’interroge. Il a découvert ce qui pourrait ressembler à des vestiges de vieilles colonies, des carcasses, des anomalies qui ne devraient pas être là. Il se demande si on ne lui a pas menti, s’il n’y a pas eu avant sa colonie florissante d’autres communautés d’insectes tout aussi florissantes qui ont disparu brutalement, comme sous le coup d’un cataclysme. À force de découvertes, il arrive à la conclusion que le cataclysme revient de façon cyclique et toujours au moment où la vie est prospère. Il en informe ses congénères mais tout le monde lui rit au nez. On le traite de parano. Chacun sait en effet que l’histoire de la colonie n’a été qu’une constante évolution vers le progrès. Finalement comme il insiste, il est mis au ban de la communauté. Et puis arrive le jour, où le jardinier constate que son herbe est bien haute. Il faut tondre. Vous connaissez la suite…

Nous en sommes là aujourd’hui. Avec devant nous, un black-out inéluctable, car il répond à une échéance mécanique qui implique une réaction systématique, comme l’herbe qui pousse provoque la réaction du jardinier. Et tout comme cette colonie d’insectes, nous pensons être les premiers avec notre civilisation vieille de 5000 ans, sur les 5 milliards d’années d’histoire de la terre… Absurde programmation de l’ego qui nous incite à croire une telle ineptie alors que nous vivons sur une planète où prolifère la vie, ou l’ADN exploite chaque centimètre carré pour expérimenter et se développer…

Quelle est la morale de l’histoire ? D’une certaine façon, nous pouvons dire que nous sommes inférieurs à cette colonie d’insectes à qui il ne viendrait pas à l’idée de vénérer le jardinier responsable de son malheur. Certes, connaître la vérité ne permettra pas aux insectes d’empêcher la tondeuse (la grande faucheuse) de faire son œuvre… C’est d’ailleurs en cela que nous sommes supérieurs aux insectes, car nous avons en nous un puissant allié qui attend qu’apparaisse dans le ciel le signe du “fils de l’homme” pour entrer en résistance.

A suivre… Rendez-vous très prochainement.

Roch Saüquere

Roch Saüquere
Rendez vous avec Roch Saüquere sur sa Facebook Page

 

Image:  Rudyar artwork| Chacun d’entre nous a une paire d’ailes, mais seulement ceux qui rêvent apprennent à Voler. 

Une réponse sur « La résistance 2…par Roch Saüquere (Capsule 30) »

  1. Tellement juste et visionnaire . Cela nous confronte à notre impuissance devant cette calamité , devant cette inutilité d’exister . Notre espoir est toujours déçu quoi que l’on fasse ! Cependant , il y a des jours ou je vois un retour à 360 ° JOUER EN NOTRE FAVEUR .
    Le démiurge , je lui laisse sa planète et je me propose d’aller butiner ailleurs . Bientôt il y aura 2 humanités distinctes dans des fréquences vibratoires distinctes et cela c’est mon opinion . Selon vous , Roch Sauquere , le 21 ième siècle a débuté quand ? Si je pars du fait que tout se passera avant la fin du 21 ième siècle , cela ne devrait plus tarder puisque les Énergies Christiques qui font peur aux Faux-Dieux se sont présentées il y a presque 50 ans,( je le dis sous toute réserve car je n’ai pas de certitude ) et prennent de plus en plus d’ampleur , de force … S’ils pouvaient le faire maintenant , ils le feraient mais le moment n’est pas venu encore !
    Merci à vous Roch . L’espoir et Le réconfort arrivera peut-être avec la nouvelle capsule .

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s